Les 10 secrets asiatique pour créer une entreprise prospère

Bonjour à toute la communautés 6piedsurterre, dans cet article nous allons te livrer les 10 secrets de la communauté chinoise pour créer une entreprise prospère.

Etrangement la plupart des chinois qui s’installent dans un pays étranger possèdent très peu d’argent et arrivent malgré ce, à atteindre la liberté financière en seulement quelques années après avoir démarré leur négoce. Mais alors comment font-ils et quels sont leurs procédés ? Mais avant de démarrer, voici la réponse au quiz de la semaine dernière. La question que nous avions posée était : « Est-il possible de déshériter ses enfants ou autres héritiers ? ». En fait, la réponse officielle est NON car la loi prévoit expressément que cela est interdit. En France, il existe des concepts que l’on appelle la réserve héréditaire et la quotité disponible. Toutefois, il est une réponse officieuse qui veut dire le contraire et donc c’est OUI.

Pour faire simple, la réserve héréditaire est la part des biens qu’il revient de droit aux héritiers du défunt. La quotité disponible quant à elle, est la part des biens qui n’est pas réservée par la loi et dont le défunt a pu disposer librement par l’intermédiaire de donations par exemple. Ainsi, si une personne possède trois enfants et que ces derniers possèdent en tout 100 000 euros. En vertu de la loi, la quotité disponible est de 25 000 euros et la réserve héréditaire est de 75 000 euros à partager entre les trois enfants donc 25 000 euros chacun. Cela signifie donc que le défunt aurait pu avant son décès donner librement 25 000 euros à la personne de son choix ou avantager un des trois enfants. Mais elle ne peut aucunement donner à d’autres personnes ou avantager un enfant avec les 75 000 euros de réserve héréditaire. Petit aparté, si vous êtes intéressé, voici un article également très intéressant sur les femme ayant marquée l’histoire.

Pour autant, il existe différentes manières de déshériter un enfant et nous n’entrerons pas dans les détails mais nous pourrions évidemment faire une vidéo. La première manière est par l’intermédiaire d’une assurance vie puisque les fonds de cette enveloppe ne font pas partie de la succession. La deuxième solution est de donner l’usufruit de vos biens à la personne que le défunt souhaite avantager. La troisième possibilité : la troisième possibilité est lorsque l’héritier est considéré comme indigne de succéder. Notamment, en cas de tentative de meurtre vis-à-vis de son parent par exemple. Finalement, il est également possible d’établir sa résidence habituelle à l’étranger tel que le Royaume-Uni ou ces concepts de réserve héréditaire et quotité disponible n’existent pas, afin d’échapper à la loi française

A présent, voici le quiz de la semaine : Quelle est la plus grande entreprise du monde au vendredi 16 octobre 2020 ?

Réponse A : Amazon. Réponse B : Apple. Réponse C : Saudi Aramco. Réponse D : Tesla. Nous t’invitons à donner ton avis dans les commentaires et nous ferons un plaisir d’y répondre dimanche prochain lors d’un nouvelle article.

Bref, pour revenir au sujet qui fait l’objet de cette présente vidéo. Nous pouvons te certifier qu’elle va t’aider à réaliser combien la stratégie des entrepreneurs chinois est efficace et ce, au travers des révélations nous allons exposer ainsi que leurs 10 plus grands secrets. Nous te demandons donc simplement, de bien prendre note des conseils prodigués, de donner un like et surtout de partager cette vidéo à tous tes contacts afin de leur permettre d’avoir accès à ces divulgations. Donc, c’est parti !

En Chine, la population avoisine les 1,25 milliards habitants. On peut donc dire que les occasions d’affaires sont pratiquement illimitées en raison du bassin de consommateurs énorme à leur portée. La moindre idée peut se transformer en occasion en or incroyable, si elle est bien exploitée. Bien qu’il existe d’énormes entreprises chinoises, il en demeure que le principal de l’activité économique locale est propulsé par des petites entreprises, que ce soit dans la restauration, les services, le tourisme, etc.

Cette forte culture entrepreneuriale est aussi intimement liée à la volonté des chinois de ne pas dépendre d’autrui afin de sécuriser leur avenir financier. Une population aussi large à le devoir de s’imposer encore davantage pour faire sa place, ce qui peut expliquer cette propension à l’entrepreneuriat. Le principal obstacle qui vient se dresser devant nous lorsque l’on souhaite créer une entreprise est l’aspect financier. L’un des grands secrets des chinois est qu’ils s’entraident les uns des autres, de telle façon que les sources de financement peuvent provenir autant de la famille, que des amis. En effet, les prêts entre proches sont l’une des forces des chinois qui entreprennent notamment dans des pays étrangers à la Chine. Ainsi, une grande partie des entreprises ouvertes par la communauté chinoise à l’étranger sont financées par des membres de leur famille. Ce qui accélère non seulement leur créations mais aussi leur croissance sans dépendre des banques. Cela impulse donc la possibilité d’atteindre la liberté financière. En plus de conserver une bonne image et estime auprès de la communauté. Puisque si l’emprunteur ne rendait pas l’argent reçu, il pourrait se voir non seulement exclu par elle mais aussi interdit de pouvoir emprunter à nouveau. De plus, dans une famille asiatique et plus spécifiquement chinoise, si le père est entrepreneur et la mère une femme d’affaires, ils inciteront vivement leurs enfants en faire de même et n’hésiteront pas à lui proposer de l’aider financièrement.

Grâce à leur philosophie de vie et leur éducation les chinois considèrent que la peur est un frein inutile alors que les occidentaux eux se laissent paralyser par celle-ci, au point de renoncer à entreprendre et aller généralement mener en amont une étude de marché avant de choisir le lieu où implanter leur entreprise. Ce n’est pas le cas des chinois qui n’hésitent pas à la localiser dans des secteurs peu stratégiques et qui cependant va intéresser une clientèle caractéristique. C’est ce que l’on appelle des niches de marché, c’est ainsi qu’ils n’hésitent pas à investir dans des entreprises en faillite et dont le propriétaire est prêt à brader son prix pour s’en défaire. Et ils sont également des bailleurs très apprécié car ils ont la faculté de savoir négocier en vue d’obtenir le meilleur prix possible. Ce qui revient à dire qui ne tente rien, n’a rien. Ils n’auront d’ailleurs pas de problème à obtenir un mort à bécaye car ils sont redoutables homme en affaires. Par conséquent, ils n’hésitent pas à ouvrir la première entreprise dans des quartiers modestes mais avec un public potentiel important. Ils ne recherchent donc pas l’endroit parfait dans le quartier parfait, mais le localisent plutôt dans un lieu économique avec beaucoup de potentiel pour travailler.

Le conseil que l’on peut te donner est de ne pas rechercher la zone parfaite pour localiser ton négoce. Car à trop espérer la meilleure localisation, cela pourrait être coûteux et inaccessible donc irréalisable et conduire ainsi à l’immobilisme.

Encore une fois, la culture chinoise est basée sur le respect de l’autre et le partage. Une stratégie qu’ont compris les chinois est de regrouper les entreprises dites concurrentes. Ainsi, lorsque le client vient chez eux, il pourrait même aller chez le voisin qui est un ami et vice versa. Alors que les occidentaux considèrent la concurrence comme le diable. Les chinois eux, la voient comme étant saine car cela prouve que les autres sont admiratifs de leur réussite, les prennent pour exemple et souhaitent leur ressembler. Donc, les chinois se sentent flattés et n’ont aucune animosité. Un exemple parlant est le nombre important de restaurants chinois qui cohabitent dans les mêmes quartiers, sans esprit de compétition malsaine et de jalousie. Cela peut paraître anodin, mais nombreux sont les entrepreneurs qui craignent de dévoiler des stratégies et des solutions sur le marché chinois par crainte de se faire voler des idées. Encore une fois, c’est une mentalité à transformer. Pour eux, la copie n’est pas réel problème tant les choses évoluent rapidement. Pour résumer, il faut donc penser aller sur le marché puis modifier son volume dans un deuxième temps.

Souvent, les hommes d’affaires chinois ne détiennent pas seulement une entreprise mais plusieurs et cela leur permet de gagner plus d’argent en diversifiant les sources de revenus.
Il est important de ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier. Il est évident qu’avoir plusieurs entreprises nécessite que l’entrepreneur ait non seulement une certaine compétence, mais aussi le temps de gérer les équipes. Alors que le problème que rencontre l’entrepreneur occidental est qu’en ayant une seule entreprise, il finit par en devenir l’esclave. L’homme d’affaires chinois utilise une stratégie totalement différente, qui consiste à faire gérer son entreprise rentable via des tiers, famille ou amis et ouvrir un autre business à la recherche de la même rentabilité. De cette manière, il cherche constamment à se diversifier et à s’étendre et à se retrouver très vite à la tête d’un petit empire faisant d’eux des entrepreneurs à part entière.
Dans la culture chinoise, travailler pour quelqu’un d’autre est un fléau. La plupart d’entre eux aspirent à toujours avoir leur propre affaire. A contrario, dans la société occidentale nombreux sont ceux qui s’évertuent à rechercher un emploi au sein d’une grande entreprise. Puisque pour eux, fonder leur propre business leur semble trop difficile voire impossible. C’est notamment cette vision négative et persistante de l’entrepreneur qui va creuser le fossé entre les riches et les pauvres.

Il faut toujours écouter les besoins du client, lui donner ce qu’il attend et surtout faire en sorte de ne pas le perdre. D’où l’importance d’être disponible et à l’écoute du client à tout moment. Ils ont ainsi mis en place les commerces de biens alimentaires, ouverts jusqu’à minuit, sept jours sur sept, pour répondre au mieux aux attentes et exigences des consommateurs. En Europe et particulièrement en France, nous avons de très bons entrepreneurs mais qui sont souvent très sûrs de ce qu’ils proposent. Il faut savoir remettre en question le produit ou service que l’on a parfois mis des années à développer pour être sûr de pouvoir pénétrer le marché.

Les chinois n’aiment pas lutter contre le courant et si les affaires ne vont pas bien, ils n’attendent pas pour être accumuler des pertes. Normalement, ils s’attendent à obtenir des bénéfices la première année et croître dans les années suivantes. Si ils ne rentabilisent pas leur affaire, ils n’hésitent pas à fermer l’entreprise et à en ouvrir une autre totalement différente. Le système que nous suivons en occident et de continuer à faire perdurer l’entreprise coûte que coûte alors que les dettes s’accumulent. Cela devient donc un cercle vicieux qui plonge le malheureux entrepreneur dans une chute vertigineuse et le conduit au dépôt de bilan quand ce n’est pas aux drames familiaux voire même parfois au suicide. Il est important donc pour qu’une entreprise fonctionne d’avoir un minimum de connaissance sur le secteur d’activité. On ne vend bien que ce que l’on maîtrise. Dans le cas contraire, il ne faut surtout pas hésiter à fermer et à poursuivre une autre activité et ainsi, espérer des jours meilleurs. Il vaut mieux limiter les dégâts et en tirer des leçons ainsi cet échec, ces mauvaises expériences et connaissances acquises vont être utiles pour éviter à l’avenir de retomber dans ses pièges et ainsi évoluer. L’asiatique, lui, va se remettre en question très rapidement et s’interroger sur les besoins des clients. Mais alors l’asiatique n’a-t-il pas peur de l’échec ? Certes oui, mais rien ne l’empêchera d’atteindre son objectif. Et combien même cette peur n’est pas paralysante, elle est un élément motivant car quoi qu’il arrive, il retirera toujours de l’expérience pour le projet négoce qu’il entreprendra.

Une maxime connue de la communauté chinoise est « travaille mais épargne ». Cela sous-entend les sacrifices auxquels elle adhère puisque bon pour elle c’est-à-dire économiser son argent pour atteindre l’objectif de la liberté financière. Alors dans les sociétés occidentales nous souhaitons bien souvent nous offrir ce qu’il y a de mieux, de luxueux puisque nous en avons les moyens et puisque nous travaillons durement pour cela justement. Et nombreux sont ceux qui n’hésitent pas à s’endetter pour éviter les privations et parce que travailler sert à se faire plaisir. Ces dettes font de nous des esclaves. Les chinois, eux, font l’inverse. Ils vivent humblement sans artifices peuvent vivre à 10 dans une même petite maison car peuvent économiser une grande partie de leur salaire. Nous autres occidentaux serions incapables d’une telle proximité et sacrifice et pourtant eux, prônent l’aide familiale et l’entraide en assurant leurs vieux jours et ceux des leurs. Ils sont loyaux envers leurs aînés et assument les responsabilités familiales en toute humilité, comme la cuisine. Le rapport que les chinois ont de l’argent s’inscrit dans la nécessité de vivre malgré les difficultés. L’esprit chinois considère l’argent comme une énergie, comme un flux et en Chine beaucoup de sujets sont tabous comme la mort, le sexe ou la politique. En revanche, s’il y a un domaine dans lequel les chinois sont très ouverts, c’est bien celui de l’argent. Ce rapport plus ouvert par rapport à l’argent permet aussi à ceux qui réussissent financièrement à montrer et discuter plus ouvertement leur succès. Les français, eux, ont un véritable complexe par rapport à l’argent. En effet, lorsque l’on demande à un français combien il gagne par mois très peu nombreux donneront une vraie réponse. Il est donc mal vu en France d’étaler son l’argent, alors qu’en Chine c’est un signe de bonheur et de réussite. Ainsi, il est aisé de constater que les chinois font l’inverse des occidentaux. Ils sont prêts à faire de nombreux sacrifices, on peut dire alors qu’ils sont esclaves de leurs objectifs. Toutefois, lorsqu’ils les ont atteints, ils affichent fièrement leur réussite qu’ils apprécient plus que quiconque.

Quand un secteur est saturé, ils en recherchent un autre. Ce sont des spécialistes de la détection des affaires. Par exemple, dans les pays occidentaux, la communauté chinoise a investi le marché par un business très exotique, par le biais de restaurants chinois : système de self-service à volonté. D’ailleurs la cuisine chinoise est une entreprise exotique qui sait faire mieux que quiconque. Lorsque ce business model se retrouve saturé, ils n’hésitent pas à s’étendre vers d’autres secteurs d’activité tels que l’hôtellerie traditionnelle, les bars et restaurants proposant de la cuisine locale et asiatique. Mais aussi, ils s’adaptent à la demande locale comme par exemple les maraicher où l’esthétique et la coiffure. En somme, ils recherchent et trouvent des opportunités d’affaires dans un pays où il y a de la demande à satisfaire.

Dans la culture chinoise, les parents jouent un rôle plus important afin de fournir une mise de fonds à l’achat d’un actif immobilier à leurs enfants suite à leurs mariages ce qui pourrait contribuer à diminuer le fardeau de la dette envers les plus jeunes générations. En effet, en Chine une location d’appartement et le mariage ne vont généralement pas de pair. L’achat d’une propriété démontre le sérieux que l’on met dans notre relation, afin de fournir sécurité aux partenaires de vie. En ce sens, les parents jouent un rôle non négligeable vers l’atteinte de cet objectif. Il en va de même pour la vie professionnelle. Dans une famille asiatique et plus spécifiquement chinoise, si le père est un entrepreneur et la mère une femme d’affaires. Ils inciteront vivement leur enfant à en faire de même et n’hésiteront pas à lui proposer de l’aider financièrement. C’est aussi pourquoi entreprendre le plus tôt possible n’est pas d’attendre d’avoir le maximum d’argent mais de créer une entreprise avec juste l’argent qu’il faut pour démarrer. En effet, dans la culture chinoise travailler pour un patron c’est accepter le fait de lui être redevable toute sa vie. Ce concept est considéré comme étant un fléau car il est difficile de prospérer financièrement. C’est la raison pour laquelle les asiatiques aspirent toujours à avoir leur propre entreprise car cas se tuer au travail autant le faire pour soi-même et non pas pour le compte de quelqu’un d’autre. A l’inverse, les occidentaux font des études dans l’espoir de travailler pour un patron. Ils se lancent à la recherche d’un emploi : CV et lettre de motivation en poche pour offrir leurs services et connaissances à la faveur d’une entreprise si possible de renom qui leur dispenserait un salaire fixe toute leur vie. Voilà la principale différence entre les riches et les pauvres.

Fondateur d'entreprise à succès chinoise.
Jack Ma (fondateur du site internet de commerce électronique Alibaba.com et a été le président d’Alibaba Group )

Selon Jack Ma, fondateur d’Alibaba, il ne sert à rien d’investir des millions pour trouver une solution quand on peut se débrouiller par soi-même. A aucun moment il ne s’est tourné vers des investisseurs ou incubateurs. Comme il le dit lui même, quand on n’a pas d’argent on trouver des solutions, lorsqu’on en a, on pense que l’argent est la solution et on se trompe. D’ailleurs, si le parcours hors du commun de cet homme t’intéresse, tu peux retrouver une vidéo que nous nous avions faite en cliquant sur l’icône qui apparaît en haut, à droite de l’écran. Aussi, le dernier conseil à retenir est que quand tu rencontres un problème ne te précipite pas chez un investisseur ou ton banquier. Ils n’auront pas forcément des conseils à te donner. Saisis plutôt l’opportunité de discuter avec des personnes compétentes et réfléchir afin de trouver des solutions par toi même et ainsi les développer. Jack Ma n’est pas Bill Gates ou Mark Zuckerberg, il n’avait pas de connaissance en informatique, ne sortait pas de Harvard ou d’une université. Sa grande force a été de s’entourer de personnes qui avaient reçu des formations qui lui manquait. La leçon que l’on peut tirer de l’expérience de Jack Ma n’est pas d’avoir eu toutes les compétences lui-même pour porter le projet, mais d’avoir eu l’intelligence de former une équipe capable de comprendre et de construire son projet qu’il s’était lancé.

Il est donc important d’être entouré d’experts particulièrement lorsque le marché requiert du doigté et de solides connaissances. Voilà c’est tout pour aujourd’hui, j’espère que cette vidéo t’a plu, n’hésite pas la partager et n’oublie pas de t’abonner à la chaîne, d’activer la cloche et de donner un like. Tu peux nous suivre sur Facebook et Instagram pour continuer à avoir plus de renseignements et de motivation. Et surtout très important, rappelle toute la différence entre ce que tu es ce que tu veux être réside dans ce que tu fais ! Deviens libre et riche !